Presse 2009 (p5) / Gp Cycliste de Montamisé

Publié le par Tiphaine

Presse 2009 (p1) / Nicolas ne veut pas lâcher
résultats 2009

  GP DE MONTAMISE

« Plus ce sera difficile et mieux ce sera pour moi », annonce d’entrée Nicolas.
Info course -- Le 55e Grand Prix Cycliste de Montamisé présentait cette année un caractère particulier puisque la course sert de manche qualificative pour le "Challenge promotionnel des clubs" de la Fédération Française de Cyclisme. Un parcours de 167 kms, comprenant l’escalade à 11 reprises de la côte de Bonnillet.


Article paru dans la Nouvelle République, le 22 mai 2009
Le Cycle Poitevin possède un collectif susceptible de lui offrir la victoire dimanche à Montamisé. Nicolas Crosbie
fait figure de favori
. Entre autres.


Pour ne pas avoir marqué de points lors des deux premières manches de la Coupe de France, le Cycle Poitevin n'a pas été invité à la suite de la compétition. C'est la raison pour laquelle, il va recevoir, dimanche, le challenge promotionnel des clubs. Ce qui convient parfaitement au directeur sportif de l'équipe, Franck Faugeroux. « C'est bien. Ce rendez-vous devrait nous permettre de rebondir et de nous étalonner par rapport aux formations de DN2 qui, évidemment, possèdent beaucoup plus d'expérience que nous. » Bien calé parmi les “ Divisions Nationale ” (D.N.) Espoirs, le Cycle pourrait faire son miel ce week-end sur un circuit qui semble convenir à quelques-uns de ses coursiers.
Nicolas -- « Plus ce sera difficile et mieux ce sera pour moi annonce d'entrée Nicolas Crosbie. Une chose est sûre, je pars sans pression. Ce serait d'ailleurs le meilleur moyen de se louper, nous avons vu cela à Buxerolles. Il va falloir être vigilant car je m'étais habitué à courir selon les habitudes des pros. En amateurs, c'est différent. C'est moins calculé, parfois déroutant comme lorsque le peloton roule pour revenir alors que chaque équipe est représentée devant. »  Apparemment, Crosbie a bien intégré les nouvelles donnes puisqu'il s'est imposé il y a peu lors de la dernière étape de l'essor breton. Dimanche, Montamisé lui offre une autre possibilité de s'imposer. A une condition, Nicolas -- « qu'il ne pleuve pas. Sinon, c'est la catastrophe. L'an passé, je me suis cassé la clavicule en Australie, puis l'avant-bras dans un col, depuis j'ai une petite appréhension. »
Son vœu pourrait être exaucé même si des cumulo-nimbus sont annoncés lors de l'après-midi dominical.Autre vainqueur d'une étape de l'essor breton, son coéquipier du Cycle Poitevin, Martial Roman. « Depuis un mois, les choses vont bien pour moi reconnaît le jeune homme (21 ans). Mais dimanche, ce sera difficile, surtout avec cette côte de Bonillet au milieu.
Il y a
des risques de bordures et si le temps n'est pas au mieux, on peut imaginer une course de guerriers. Mais j'aime ça. Il
faudra
cependant se méfier des grosses cylindrées et des gros bras comme Médéric Clain qui est l'un des meilleurs coureurs français. En fait et vu mon profil, je serais satisfait si nous arrivions à une vingtaine pour terminer au sprint. » C'est peut-être beaucoup demandé. Et comme le déclare son directeur sportif, « Martial, il passe partout. La bosse de Bonillet ne devrait pas l'effrayer autant qu'il le prétend. » Et s'il veut nourrir quelques prétentions en août lors du championnat de France espoirs à Vendôme, Martial Roman doit se durcir le jarret dans le raidillon.





 

Article paru dans Centre Presse, le 23 mai 2009
NICOLAS REVIENT FORT ! 
En retrait en début de saison, l'ex-pro est repassé à l'attaque. Et ça paie !
Nicolas Crosbie a retrouvé son esprit offensif.

Nicolas -- « Depuis un mois, je commence enfin à marcher. J'en arrivais à me poser des questions car d'habitude, je suis toujours opérationnel en début de saison. Bêtement, je me mettais trop de pression alors que je n'ai pas à avoir de complexes. Moi qui suis un attaquant, j'attendais que ça se passe. Le blocage était davantage dans la tête que dans les jambes.

Dès que j'ai levé le cul de la selle, les résultats sont arrivés et j'ai enfin renoué avec la victoire à l'Essor Breton. Jeudi à Nersac, je me suis fait piéger à cause d'un mec qui ne prenait pas les relais. Comme les sept de devant étaient costauds, je n'ai pas pu rentrer.

Montamisé ? Je me souviens d'y avoir terminé deuxième derrière Arnaud Labbe. C'est toujours une course dure. Chez nous, on se doit d'être présent et on a essayé de monter une bonne petite équipe. »

Publié dans Saison 2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article